SitemapLes questions migratoires au cŇďur des relations avec les pays du Sud post-Printemps arabe
Les probl√©matiques li√©es √† l’asile et √† l’immigration sont complexes et n’appellent pas de r√©ponse univoque: ouverture totale des fronti√®res ou immigration z√©ro. Ainsi, l’immigration constitue √† la fois un d√©fi et une opportunit√© pour l’Union europ√©enne. Une politique ferme et juste de contr√īle des fronti√®res doit s’accompagner d’une incitation forte √† l’immigration l√©gale. Une action r√©solue en amont en faveur du d√©veloppement et de la promotion de la d√©mocratie dans les Etats de d√©part est √©galement indispensable. C’est √† cette aune ici qu’il faut saisir les enjeux soulev√©s par les r√©cents mouvements au Maghreb et au Mashrek.
Il est encore trop t√īt pour tirer toutes les le√ßons du Printemps arabe, changement g√©opolitique aussi brusque qu’inattendu. Mais, l’Union europ√©enne doit se r√©jouir de l’av√®nement √† Tunis et au Caire de r√©gimes plus d√©mocratiques. Dans le cadre de la nouvelle politique europ√©enne de voisinage, l’Europe doit apporter son aide √©conomique et politique √† la Tunisie et √† l’Egypte et √©galement au Maroc, qui dans une moindre mesure, a annonc√© l’engagement de r√©formes d√©mocratiques. Cet engagement pourrait se traduire, en mati√®re d’immigration, par l’encouragement √† la mobilit√© des √©tudiants et au d√©veloppement de migrations de circulations pour les travailleurs hautement qualifi√©s et saisonniers et √† plus long terme par une politique plus ouverte en mati√®re de visas.