Prospective : Les robots préfèrent Marx

François Bugeon, ingénieur-chercheur, revient dans cet article sur la robotisation de la société dans un avenir plus proche qu’on ne le croit. Et si le film WALL-E annonçait le monde de demain ?

La fin du travail est annoncée par certains économistes, mais peu d’informations nous permettent de nous faire une idée sur la nature de cette fin. L’automatisation et l’informatisation sont diffuses, elles nous entourent sans que nous ne puissions prendre le recul suffisant pour en constater les effets. Nous sommes un peu dans la situation de cette grenouille placée dans une casserole d’eau froide que l’on chauffe doucement et qui n’aura plus la force de sauter hors du récipient lorsque la température lui deviendra insupportable. L’idée de la disparition du travail n’a pas encore atteint la sphère de la décision politique. Pourtant le chômage technologique généralisé est, avec le réchauffement planétaire, le principal défi que nos sociétés modernes auront à relever.

Lire la suite

Statistiques : les inégalités face au cancer

 Dans le dernier numéro de son bulletin, l’Institut de veille sanitaire publie une étude alarmante qui démontre la progression des inégalités sociales face au cancer. Voici le résumé de cette étude publié par l’Institut.
De fortes inégalités sociales de mortalité par cancer sont observées chez les hommes, en particulier pour les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS). Les inégalités sociales sont moins importantes chez les femmes, mais elles sont observées pour l’utérus, l’estomac et le poumon. Les inégalités sociales de mortalité par cancer chez les hommes se sont accrues entre 1968 et 1981, et se sont stabilisées depuis les années 1980. L’augmentation est particulièrement importante pour les cancers des VADS. Lire la suite

Statistiques : la mobilité sociale en panne

Dans une étude que vient de publier l’INSEE “Etudes et mobilité sociale”, Camille PEUGNY montre que les générations nées dans les années 60 ont de plus en plus de difficultés à s’élever au dessus de la condition de leurs parents. L’ascenseur social serait donc en panne ?Voici le résumé de cette étude par l’auteur de cette recherche :
Les difficultés rencontrées par les générations nées dans les années 1960 ont été illustrées par de nombreux travaux qui soulignent notamment l’existence d’inégalités entre les générations, en termes de salaire ou de mobilité en cours de carrière. De telles inégalités, au détriment des générations nées au tournant des années 1960, apparaissent également lorsque l’on mesure l’évolution des flux de mobilité intergénérationnelle au fil des cohortes de naissance successives. En effet, si la part des individus qui parviennent à s’élever au-dessus de la condition de leurs parents demeure toujours supérieure à celle des déclassés, l’écart entre les deux flux diminue considérablement : en 2003, parmi les 35-39 ans, les ascendants ne sont plus que 1,4 fois plus nombreux que les descendants. Cette dégradation des perspectives de mobilité sociale est généralisée aux enfants de toutes les origines sociales. Lire la suite

Statistiques : Inégalités sociales devant la santé, la double peine des ouvriers

L’Institut national d’études démographiques (INED) a publié sur son site (www.ined.fr) un article intitulé La « double peine » des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte (in Population et Sociétés, n°441, janvier 2008). S’appuyant sur l’enquête santé menée en France en 2003, Emmanuelle Cambois, Caroline Laborde et Jean-Marie Robine rappellent non seulement que les ouvriers vivent moins longtemps que les cadres, mais montrent aussi qu’ils sont davantage touchés par l’incapacité et le handicap.
En 2003, en France, un homme âge de 35 ans peut espérer vivre encore 43 ans, dont 28 indemne de toute incapacité. Une femme : 49 ans, dont 29 sans incapacité. Mais le nombre d’années vécues avec ou sans incapacité varie selon la catégorie socioprofessionnelle : en 2003, un homme cadre de 35 ans peut espérer vivre encore 47 ans, dont 34 indemne de toute incapacité. Un ouvrier : 41 ans, dont 24 ans sans incapacité. Après 60 ans, ces différences s’accentuent. Au sein d’une vie déjà plus courte, les ouvriers vivent moins longtemps que les cadres sans incapacité. Et ils vivent plus longtemps qu’eux avec une incapacité ou un handicap. Lire la suite

Sitemap